Fin du suivi des oiseaux migrateurs sur la Pointe du Cap Ferret !

Fin du suivi des oiseaux migrateurs sur la Pointe du Cap Ferret !

L’étude de la migration des oiseaux sur la Pointe du Cap Ferret s’est clôturée le 30 novembre dernier, après trois mois de suivi journalier. Initialement programmés pour se terminer le 15 novembre, les comptages ont finalement été prolongés de manière expérimentale pendant 15 jours.

Cette année, ce sont 101 bénévoles qui se sont impliqués avec la LPO pour permettre la mise en œuvre de cette étude de 89 jours. En trois mois d’étude, 845 651 oiseaux migrateurs ainsi que 959 papillons et 21 odonates ont été recensés parmi 161 espèces différentes.

Au rayon des passereaux, ce fut une très belle saison pour le Pinson des arbres avec 529 738 individus comptabilisés. Le passage de cette espèce a été tardif cette année, avec 290 828 oiseaux observés entre le 6 et le 11 novembre, soit plus de 50 % de l’effectif saisonnier. Cette saison se positionne comme la deuxième meilleure de l’histoire du site pour ce granivore. Cet automne fut aussi remarquable pour le Tarin des Aulnes et la Linotte mélodieuse avec respectivement 42 026 et 43 085 oiseaux recensés. De tels effectifs n’avaient jamais été enregistrés au cours des précédentes saisons.
Au total, 18 298 hirondelles rustiques et 15 635 bergeronnettes printanières ont été recensées, constituant les deuxièmes plus importants effectifs de l’histoire du site.
Pour « les espèces repères » de passereaux, 68 823 étourneaux sansonnets, 17 976 bergeronnettes grises et 25 934 pipits farlouses ont été dénombrés. En revanche, les décomptes ont été faibles pour le Bruant des roseaux avec 572 individus et le Verdier d’ Europe avec 302 individus.

Le Cap Ferret, c’est aussi une grande et belle diversité d’espèces !
Tout au long de cette saison, les échassiers, les rapaces, les canards et les oiseaux pélagiques se sont succédé en nombre. En premier lieu, les spatules blanches avec 1 886 oiseaux comptabilisés et les rapaces avec 359 milans royaux. Un tel total saisonnier n’avait encore jamais été enregistré sur ce site ! Les effectifs de 164 busards des roseaux, 331 éperviers d’Europe, 452 faucons crécerelles, 105 faucons hobereaux et 81 faucons émerillons sont aussi à mettre en avant. Petit à petit, une plus grande diversité d’oiseaux d’eau a fait son apparition, avec notamment 3 705 bernaches cravants. Les oiseaux pélagiques n’ont pas été en reste avec 6 646 fous de Bassan comptabilisés au cours des 15 derniers jours d’octobre et 480 puffins des Baléares observés.

Tout au long de cette saison, les passages de grands cormorans ont été constants avec 3 580 oiseaux enregistrés. La Grue cendrée fit son apparition à la fin du mois d’octobre avec un effectif total de 1 197 individus , chiffre important pour ce site littoral à l’écart du couloir principal de la migration de la Grue.

Cette saison fut aussi le théâtre d’observations très rares à l’échelle française et régionale concernant tous les cortèges d’espèces. Nous pouvons citer le passage d’une femelle de Macreuse à front blanc, d’un Puffin majeur ou encore de limicoles très rares avec un Pluvier guignard passant au-dessus des observateurs. Un Pluvier bronzé en stationnement les 25 et 26 novembre a aussi été observé.
Côté rapaces, deux observations de busards pâles les 17 septembre et 15 novembre ainsi que la deuxième donnée de Pygargue à queue blanche pour le Cap Ferret sont particulièrement remarquables. Enfin, 2 espèces sibériennes de passereaux très rares en France ont été recensées : le Bruant nain et le Pipit de Godlewski.

Pour conclure, le Cap Ferret est un site où il est possible de voir migrer un Ibis falcinelle entre 3 fous de Bassan, un groupe de 20 merles à plastron, des centaines de milliers de fringilles, un groupe de 3 plongeons catmarins ou encore, 150 faucons crécerelles en une après-midi, ce qui est simplement fantastique et quasiment unique à l’échelle française !
D’autre part, l’océan nous a aussi donné l’occasion de profiter de mammifères marins comme ces 11 observations de groupes de grands dauphins, de 3 globicéphales noirs et d’un Phoque veau-marins/gris tout au long de cette étude.

Un immense merci à la centaine de bénévoles qui s’est impliquée dans cette étude de la migration ! En début d’année, vous pourrez découvrir le bilan de l’étude de la migration 2020 dans le LPO Info Spécial Migration. Restez connectés !

➽ Découvrir les observations de la saison sur Trektellen

➽ Découvrir le Guide de l’écovolontaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.